L’historique

Historique de l’ASTAV… de sa création à nos jours.

Le théâtre… Un art ô combien complet, complexe et contemplé…
Et cela dure depuis des années… Beaucoup d’années… Dussions-nous nous remémorer l’histoire théâtrale de la Grèce mythologique, le génie créateur de celui qui ouvrit l’avant siècle des Lumières, Shakespeare, et l’auteur dramatique qui le clôtura, Molière ! Et ce ne sont là que 3 des plus grands exemples de cet art… Mais tous ces grands du théâtre, ces génies de la prose et du vers, ce petit monde de la scène, aurait-il dû rester hors de nos contrées ? Dans ces grands théâtres parisiens, dans ces amphithéâtres majestueux ? Dans ces petites caves new-yorkaises ou londoniennes ? La réponse à cette question ne date pas d’hier… Mais d’avant-hier ! « Nous avions à peine le rôti, que nos Seigneurs furent divertis par une agréable comédie, représentée par ces jeunes Messieurs qui portaient la bannière. » Cette phrase, nous la devons d’un certain Monsieur Supersaxo, prêtre à Sion, il y a très longtemps vous en conviendrez. Le Valais n’était donc pas en reste ! Et il est ici, chez nous, depuis très longtemps.
Le théâtre… ce mot tellement vaste a besoin de qualificatifs.

Il est amateur dans le cas qui nous intéresse, certes, mais il peut être de surcroît : de l’absurde, de la cruauté, réaliste, épique, nô japonais imprégné de bouddhisme zen, allemand, de protestation sociale, de rue, bourgeois, de baladin, élisabéthain, religieux, de boulevard, d’art, où se mêlent comédies gaies, comiques, larmoyantes, attendrissantes (nommées « drames bourgeois » par Diderot), héroïques et romanesques, mythologiques, satiriques sentimentales ou de caractères, farces, peintures de mœurs, tragédies domestiques et bourgeoises. Et l’on ne parle pas de celui des opérations… qui prouve bien qu’il peut aussi définir une réalité concrète et non mise en scène… Une telle diversité pour un terreau aussi fertile que celui du sol valaisan…
Une précision est importante et on la doit à un dénommé Gérard Constantin, prononcé en 2010 lors d’une assemblée générale à Monthey au Petit Théâtre de la Vièze. Par théâtre amateur, nous ne parlons pas de théâtre qui diffère des professionnels. Non ! Nous appelons théâtre amateur en Valais, les amateurs de théâtre, ceux qui aiment de leur cœur le théâtre et qui se donnent à lui. C’est ça le théâtre en Valais ! C’est ça qui pousse tant de troupes depuis si longtemps à animer leur commune, leur village, leur vie associative et communautaire !

Origine de l’ASTAV

Dans ce climat propice à la floraison artistique, le paysage théâtral, où le Rhône a son cours, se devait de se doter d’une association capable de représenter les intérêts des troupes et de mettre en place des liens entre elles, créer des services, savoir se rendre utile auprès d’elles. Le 15 novembre 1980, puis le 5 septembre 1981, des lettres d’invitation et un questionnaire sont envoyées à cet effet aux troupes existantes. Leurs buts avoués étaient de savoir si les troupes seraient intéressées à la création d’un groupement valaisan du théâtre amateur du Valais romand.

Sont convoquées dans ce premier jet épistolaire :
La Valériane – Hérémence, Gai Tourbillon – Sion, Nos loisirs – Vouvry, La Jeunesse – Saillon, Les Amateurs – Sion, Les Amateurs – Vérossaz, Le Vieux Mazot – Salvan, Le Mamouchi – Fully, Le Dé – Evionnaz, Les Cabotins – Savièse, Les Compagnons de la Navizence – Vissoie.
De même sont invitées les troupes déjà affiliées à la FSSTA (Fédération suisse des sociétés de théâtre amateur) :
Le Moulin – Sarreyer, Le Groupe théâtral de Salins, Les Arlequins – St-Léonard, Les Amateurs associés – Riddes, Le Théâtre du Rovra – Collombey-Muraz, Le Théâtre du Bourg – Monthey, Les Déboussolés – Montana-Village, Le Masque – Martigny, Le Cercle théâtral Chippis, La Société de développement Chalais (qui deviendra Edelweiss Loisirs).
Tout ce petit monde fit route le 3 octobre 1981 jusqu’à Riddes, à la salle de cinéma l’ « Abeille »… Nom idéal pour parler de cette pollinisation théâtrale dont le miel serait la création de l’ASTAV. Plus de vingt troupes répondirent partantes dans l’aventure ! Un bon début, suivi d’un nouveau rendez-vous le 26 octobre 1981 à Riddes, au restaurant du téléphérique. Vive l’ascension de cette initiative !
Mais, il fallait y aller pas à pas. Sans précipitation. Et c’est après de nombreuses réunions qu’en enfin, le 14 janvier 1983, toutes les troupes désireuses de coopération et de promotion de l’art dramatique purent célébrer la naissance de de l’ASTAV.

Le contenu des documents originels du groupement indiquent :
L’ASTAV aura pour buts principaux

  • De grouper les sociétés théâtrales d’amateurs du Valais romand ;
  • De créer des liens d’amitié entre ses membres en favorisant l’échange entre eux et avec des groupements suisses ou étrangers ;
  • D’étudier les questions d’ordre général intéressant ces sociétés, de fournir à celles- ci tous les renseignements particuliers dont elles peuvent avoir besoin, de leur faciliter le choix et la réalisation de spectacles, d’organiser des rencontres ;
  • De sensibiliser le public en général, les jeunes en particulier, aux valeurs culturelles que représente le théâtre amateur dans la vie locale ;
  • De coordonner tous les efforts pour donner à l’art dramatique la place qu’il mérite dans le Valais d’expression française.

Les statuts sont acceptés, un bureau est alors mis en place : Elisabeth Sola, Jean-Michel Giroud et Alexandre Buysse. Les projets sont nombreux et la FSSTA heureuse d’accueillir quatre nouvelles petites sœurs dont une fonctionne dans le patois valaisan (Entre Cour et Jardin, n°1, février 1983).
Les présidents de l’association ont, chacune et chacun, marqué d’une pierre blanche le développement de l’ASTAV en permettant à tout un chacun de se former, de s’informer, de se perfectionner, voire même d’entrer sur une grande scène.

  • 1983 – Jean-Michel Giroud
  • 1986 – Alexandre Buysse
  • 1988 – Olivier Albasini
  • 1990 – Marco Parchet
  • 1997 – Gérard Constantin
  • 2004 – Marie-Thérèse Cotter
  • 2011 – Françoise Rouge

Buts de l’ASTAV

L’ASTAV travaille depuis lors sur 3 axes principaux et parallèles : Favoriser les rencontres, mettre en place des cours de formation, se tenir à l’écoute des troupes.

Les rencontres avec les professionnels.

Dès sa création, l’ASTAV a favorisé les rencontres entre des grands noms du théâtre professionnel suisse et les membres de son association. Cela a certainement pu susciter des vocations professionnelles, mais surtout elles auront permis aux amateurs de théâtre de comprendre que faire de théâtre professionnel nécessite les mêmes qualités de gestion, d’imagination et de travail.

Parmi les invités qui se sont succédé tout au long des années :

  • 1985 : José Giovanni, André Schmid ou Lova Golovtchiner.
  • 1986 : Georges Wood, du directeur du Théâtre de Carouge, dans le cadre d’une soirée-rencontre à Vétroz (10 octobre)
  • 1987 : Charles Joris et Mariette Pradervand pour découvrir  » le travail sur matériaux » (octobre – novembre) lors d’une soirée-rencontre au Moulin sur Charrat
  • 1992 : Corinne Alter, directrice de l’école de théâtre de Martigny
  • 1993 : Jean-Yves Guenier (octobre)
  • 2002 : Jean-Luc Bideau (janvier) à l’occasion des 20 ans de notre association. Autour d’un repas garni et en compagnie de la fédération suisse.

La formation

Autre but clairement avoué de l’ASTAV, la formation n’en est pas moins importante. Et quelle position privilégiée de regrouper en son sein un nombre suffisamment grand de troupes pour permettre de développer des formations qui amènent une plus-value aux troupes, une meilleure qualité de fonctionnement et aussi un support individuel indéniable ! Tel fut le cas les :

  • 7 et 8 septembre 1985 à la colonie de Ravoire sur Martigny, pour un cours de technique par Jean-Marie Hahling, éclairagiste professionnel ainsi qu’un cours de régie et théâtre animé par Anne Theurillat.
  • 7 au 19 juillet 1986 avec un cours de mise en scène donné par le directeur du Théâtre National de Strasbourg, M Alain Knapp.
  • 8 et 9 novembre 1986 avec Victor Sanchez et Roland Deville, respectivement maquilleur et décorateur auprès des théâtres de Genève et Lausanne, pour un cours de perfectionnement aux Mayens de Chamoson
  • 9 et 10 mai 1987 aux Granges sur Salvan, pour un cours de travail de texte assuré par Anne Vouillloz et d’improvisation présenté par Nader Formann, rien que ça !
  • 26 et 27 septembre 1987 pour un cours d’improvisation avec Roberto Salomon et sur l’éclairage avec Michel Boillet.
  • 4 et 5 juin 1988 à Itravers/Grône pour un cours de théâtre animé par Françoise Gugger, actrice et metteur en scène au petit théâtre de Valère, directrice et fondatrice du théâtre Alizée.
  • 23 juillet 1988, pour une présentation du rôle de l’acteur dans l’art cinématographique et théâtral par Rufus, illustre comédien français.
  • 29 octobre 1988, pour un cours séjour en terre genevoise, au Théâtre de Genève plus précisément, pour une meilleure connaissance des techniques d’éclairage, avec Michel Boillet.
  • 12 et 13 novembre 1988 à la Cité-Joie à Crans Montana, pour un atelier de découverte et de développement de la voix par Catherine Berthet.

Mais de ces prolifiques organisations suivra une certaine lassitude et l’an 1989 ne comptera que 2 cours en son sein, l’un d’Elisabeth Schlegel et l’autre d’André Schmid où les présences (5 et 6 personnes) furent des plus menues. Néanmoins, ces cours de formation, bien que moins fréquentés et donc fréquents, restèrent dans l’optique première de l’ASTAV… Ainsi, dès 1990, les choses continuèrent de plus belle :

  • 1990 : approfondissement des connaissances théâtrales avec Gérard Demierre,
  • 9 au 20 juillet 1990 : écriture dramatique, à Chandolin avec Alain Knapp… Encore!
  • 1992 : cours de scénographie, par Natacha Jacquier, à l’hôtel de ville de Martigny avec la troupe des jeunes du Trient.
  • 1993, le 3, 17 février, 3, 17 et 31 mars avec Jacqueline Tornay et Luc Pochon, histoire de l’art dramatique
  • 1993, toujours les 13, 27 janvier, 10, 24 février, 10 et 24 mars 1993 avec Gérard Bloch, perfectionnement de la technique de scène.
  • 1993 encore ! Roland Deville vint pour un cours de scénographie.
  • 1995 : Roland Deville revient avec un cours plus poussé et concret.
  • 1998, le 31 janvier et le 1er février : cours de masques à Vérossaz avec Christine Aymon… en prélude à Carnaval en quelque sorte.

Les formations qui suivirent ne sont pas parvenues jusque dans les documents de l’auteur du présent historique. Cela dit, un changement s’opère ! Nous rentrons progressivement dans l’ère de l’individualisme, de la réflexion égo-centrée… Cela est-il compatible avec le théâtre ? Le théâtre est une affaire d’équipe, mais, les besoins sont, eux individuels. Besoin d’une troupe de trouver des maquilleuses, des lumières… Besoin des comédiens de se former, d’évoluer, de découvrir pour mieux progresser. En ce sens, l’ASTAV a fait son travail en organisant tellement de formations différenciées…
Mais, il fallait se renouveler, repenser l’idée. Et c’est dans les esprits experts et généreux de Gérard Constantin, Marie-Thérèse Cotter, Olivier Albasini et de Pierre Fauchère qu’est apparue l’idée de former de manière conjointe, en un même lieu des comédiens, des maquilleurs, des régisseurs lumière. Quelle révolution dans le ciel de l’ASTAV qui monte un premier cours en 2003 dans un lieu volontairement majestueux et propice au dépaysement (pour ne pas se sentir tenté de rentrer chez soi). On nommera cela le cours de Finhaut… C’est en ce village perché sur les hauts que se retrouvèrent les 19 et 20 septembre 2003 une trentaine de personnes. Programme : 9h, accueil avec croissants et café, répartition des groupes auprès des différents formateurs et travail assidu jusqu’à l’apéro. Après le repas pris ensemble, on continue à se former pendant tout l’après-midi… Le soir, on se retrouve autour d’une raclette et on finit la soirée par un repos bien mérité (après un passage par le bar du coin pour les plus aguerris). Le dimanche sert de perfectionnement et de moments de mise en commun des compétences. A ce cours, suivant le même modèle jusqu’en 2012, se succèdent des grands noms de la scène suisse romande.

  • Cours de théâtre et improvisation : Philippe Cohen, Bernard Sartoretti, René-Claude Emery, Julien Opoix, Dimitri Anzulès, Rebecca Bonvin et Mélanie & Sébastien Gendre
  • Cours de maquillage : Victor Sanchez (l’un de nos plus fidèles amis), Katrine Zingg
  • Cours de lumière : Philippe Dunant, Faustine de Montmollin, François Mabillard
  • Cours de pose de voix (dès 2012) : Francine Weber

La fréquentation explose les premières années, mais s’abaisse et s’érode chaque année. Et si la cours a ses adhérents fidèles (les recrues du Grime ou d’Edelweiss Loisirs par exemple), décision est prise en 2012 d’ouvrir ce cours à des autres troupes hors canton. En théorie, la synergie entre les membres de troupes différentes ne se produit jamais, mais, à l’intérieur de ce cours, la synergie se fait et elle apporte des énergies tellement importantes et régénératrices. Apprend-on vraiment beaucoup en un week-end ? La réponse est oui ! Non seulement en matière d’éclairage et de maquillage, on pose des bases efficaces et on dresse des ponts utiles entre les troupes. Elles apprennent à fonctionner entre elles, se partageant les compétences et s’assistant logistiquement. Que rêver de mieux ? La réponse est également oui dans le cas des cours pour comédiens-improvisateurs. Un week-end permet d’ouvrir son horizon, de se frotter à d’autres personnes que celles avec lesquelles on a l’habitude de jouer. Cela permet aussi de resserrer les liens entre membres d’une même troupe. Bref, ce week-end de Finhaut, perdurant depuis 2003 a fait ses aficionados et a certainement permis de faciliter les collaborations entre troupes. Exemple bien nommés : Le Grime prête ses lumières à l’Art Bacouni (ainsi que son éclairagiste) depuis ces cours. Idem, le Grime et Edelweiss Loisirs ont pu monter un spectacle commun en 2010, avec une entente entre comédiens tellement naturelle… Ces derniers s’étaient fréquentés des années durant à Finhaut. On comprendra bien que la formule marche pour les conquis, mais gageons que l’ouverture du cours aux autres troupes suisses romandes permettra une vraie collaboration entente qui dure au-delà de nos frontières cantonales.

L’assistance aux troupes.

Textes de théâtre. Le 12 septembre 1987 est signé une convention avec la bibliothèque cantonale. Convention contenant 3 points, mais surtout celui-ci :
« L’ASTAV consacrera chaque année une partie de son budget dans le cadre de ses moyens, à l’achat d’ouvrages sur le théâtre. A ce même effet, la Bibliothèque Cantonale affectera le double du montant versé par L’ASTAV. » Nous avons donc à disposition un répertoire fourni et à disposition des troupes. Des acquisitions peuvent même se faire par le biais de l’ASTAV.

L’ASTAV s’est également investie pour aider à la fondation de l’Ecole de théâtre de Martigny. Ce fut le 18 décembre 1987.

En 1990, elle aide Chalais à organiser le festival Théâtrissimo – deuxième du nom, à Chalais avec le Masque, le Grime et Edelweiss Loisirs.

Grâce à Alain Knapp, en 1991, nous avons pu inaugurer notre premier journal « Répliques ».

Grâce à l’aide de sponsors ponctuels, nous avons pu aider des troupes à promouvoir le Valais hors de nos frontières. Nous avons aidé notamment :

  • Edelweiss Loisirs de Chalais pour Narbonne, Aarau et Nyon.
  • L’Ephémère de Sierre pour le Festival Goldoni à Chioggia
  • Les Tréteaux du Bourg de Monthey pour le Festival 13 à Paris.
  • Le Masque de Martigny pour Bellinzone
  • Le Grime de Grimisuat pour Lenzerheide
  • Les Tréteaux du Bourg de Monthey pour le festival de Crissier, avec à la clé un premier prix pour l’ensemble de l’interprétation et un premier prix pour la mise en scène.
  • Les Amateurs Associés de Riddes pour les congrès de la FSSTA à la Tour-de-Peilz et à Bulle.

En 1993, naît l’idée au sein du comité de créer un répertoire de l’équipement théâtral de chacune des troupes. Vaste chantier que voilà ! Il ne perdurera pas si longtemps, manque de motivation et de temps libre. L’idée est proposée à nouveau en 2010 par Eric Fauchère, membre du comité et président du Grime. Il annonce avoir en sa possession le répertoire codifié de la garde-robe de son stock costume. Le tout sur format informatisé. L’idée se répand jusqu’à la troupe du Moulin de Sarreyer qui compte faire de même. Gageons qu’au 40e anniversaire, nous pourrons profiter de ce système. A terme, il permettra à toutes les troupes à la recherche de costumes spécifiques, de consulter cette base de données et de savoir exactement où le costume se trouve. Le tout sans frais de location ! Idée séduisante n’est-il pas ?

Décision prise par le comité en AG le 28 janvier 2010 à Monthey. Une subvention sera officiellement allouée aux troupes qui organisent des cours de théâtre pour enfants. Cette initiative encourage le renouveau théâtral.

Décision est également prise de faciliter les contacts entre troupes pour permettre à une équipe de passionnés de théâtre de monter les Rencontres théâtrales de Miège dès 2010 en septembre. Festival fort bien accueilli du public et des troupes locales.

Approchée par André Pignat, directeur du théâtre Interface et grand organisateur du festival Scènes Valaisannes, l’ASTAV se prononce favorable au projet qu’il leur présente… A savoir, permettre l’organisation des « scènes valaisannes amateurs », regroupant sur un mois le théâtre, la fanfare et les chœurs mixtes. Idée proposée en juin 2012.
Autres événements marquants de notre histoire :
A l’issu du festival théâtrissimo de Chalais, succès tant sur le plan théâtral que sur le plan de la collaboration avec la FSSTA – dont le 64eme congrès tenait ses assises sur sol chalaisard – surgit l’inévitable question d’une imminente adhésion de l’ASTAV à l’organisation faîtière helvétique. L’officielle réponse vint le 10 mai 1997 à la salle des Halles de Bulle (FR). Gérard Constantin, président de l’époque put annoncer le 6 juin 1998 à l’assemblée générale : « L’ASTAV est affiliée à la FSSTA ! »

L’ASTAV reçoit le 10 décembre 1998 du Conseil de Fondation de la Banque Cantonale du Valais, le prix Jeunesse, pour un montant de frs. 4’000.- Bienvenus ! Cette manne pécuniaire allait permettre de maintenir le bateau à flots et de faire face aux toujours plus nombreuses tracasseries financières.

2000 : Invités d’honneur de Sion Expo

Le comité

Françoise ROUGE-LUISIER
Françoise ROUGE-LUISIERPrésidente
Rue des Epineys 18
1920 Martigny
079 653 77 56
Sébastien SALAMOLARD
Sébastien SALAMOLARDCaissier
Av. de la Gare 7
1920 Martigny
078 789 24 65
Jérôme CLERC
Jérôme CLERCSecrétaire
Rue du Bourg 54
1920 Martigny
079 458 32 41
Léonard ARLETTAZ
Léonard ARLETTAZResponsable des cours
1925 Finhaut
079 709 15 05
Eric FAUCHÈRE
Eric FAUCHÈREMembre
Route de Sion 28
1971 Grimisuat
079 613 31 73
Léo VOLLUZ
Léo VOLLUZResponsable du site internet

Les statuts

CHAPITRE 1
Raison sociale, siège, durée, responsabilité

Article 1
L’Association des sociétés du théâtre amateur valaisan (ASTAV) fondée le 26 octobre 1981 à Riddes est une association organisée corporativement en application des articles 60 et suivants du code civil Suisse. Sa durée est illimitée.

Article 2
Le siège de l’Association est au domicile du Président en charge.

Article 3
La fortune sociale est seule garante des engagements de l’Association. Les membres sont libérés de toute responsabilité personnelle.

CHAPITRE 2
But de l’Association, affiliation, neutralité
Article 4
L’ASTAV a pour but :
a) de grouper les sociétés théâtrales d’amateurs du Valais romand.
b) de créer des liens d’amitiés entre ses membres en favorisant l’échange entre eux et avec des groupements suisses ou étrangers.
c) d’étudier les questions d’ordre général intéressant ces sociétés de fournir à celles-ci tous les renseignements particuliers dont elles peuvent avoir besoin, de leur faciliter le choix et la réalisation des spectacles. d’organiser des rencontres.
d) de sensibiliser le public en général, les jeunes en particulier, aux valeurs culturelles que représente le théâtre amateur dans la vie locale.
e) de coordonner tous les efforts pour donner à l’art dramatique la place qu’il mérite dans le Valais d’expression française.

Article 5
L’ASTAV est affiliée à la Fédération suisse des sociétés théâtrales d’amateurs (FSSTA) et poursuit, à une autre échelle, un but similaire.
L’ASTAV restera indépendante en ce qui concerne ses initiatives cantonales.

Article 6
L’ASTAV observe une neutralité absolue en matière politique et religieuse.

CHAPITRE 3
Constitution de l’Association

Article 7
L’ASTAV est formée:
a) des sociétés théâtrales d’amateurs, en qualité de membres actifs.
b) des personnes du monde du théâtre amateur. en qualité de membres individuels.

Article 8
Les membres actifs de l’ASTAV ne sont pas forcément membres de la FSSTA.

Article 9
Est membre individuel:
Toute personne qui s’intéresse à l’art dramatique et qui a rendu des services au théâtre amateur valaisan.

CHAPITRE 4
Des sociétés, admission, démission, radiation

Article 10
Toute société ou toute personne du théâtre amateur peut être admise à faire partie de L’ASTAV à condition:
a) de présenter une demande au comité et d’être admise par l’Assemblée générale.
b) de ne pas faire acte de professionnalisme,

Article 11
Les membres de l’Association doivent se soumettre aux statuts de cette dernière et s’engager à respecter les décisions émanant de ses organes.
Les sociétés restent indépendantes en ce qui concerne leurs affaires intérieures, sous réserve des dispositions des art. 12 et 13 ci-après.

Article 12
Dans l’intérêt de l’Association, elles enverront, chaque année, pour le 31 décembre un état nominatif des leurs membres et un rapport sur leur activité.

Article 13
Les membres actifs et individuels sont tenus de verser au trésorier, chaque année, avant le 31 décembre, le montant de la cotisation prévue par l’art, 30 point.

Article 14
La proposition qu’un membre désire soumettre à l’Assemblée générale doit être remise au Comité pour étude dans les délais fixés à l’art. 30 point c).

Article 15
Tout membre qui désire cesser de faire partie de l’Association doit aviser le Comité, par écrit, avant le 1er décembre et remplir ses obligations jusqu’au 31 décembre de l’année courante. Si la lettre de démission n’est pas parvenue au Comité pour le 1er décembre, le membre en cause contracte de ce fait l’obligation de payer la cotisation de l’année suivante.

Article 16
Tout membre n’ayant pas rempli ses obligations financières ou qui, par ses agissements, contrevient aux statuts de l’Association pourra être radié par l’Assemblée générale sur préavis du Comité.

CHAPITRE 5
Ressources et utilisation des ressources

Article 17
Les ressources de l’Association sont les suivantes:
a) Cotisation des membres fixée chaque année par l’Assemblée générale, sur préavis du Comité;
b) Dons et subventions qui peuvent lui être attribuée.

Article 18
Les sommes disponibles pour les dépenses courantes sont placées en compte courant productif d’intérêt dans une banque désignée par le: Comité ou un compte de chèques postaux. Les recettes dont dispose l’Association sont affectées en partie aux prestations FSSTA dans la mesure de la possibilité financière et, en partie, à l’organisation sur décision de l’Assemblée Générale, de rencontrer et de tout ce qui peut être utile à l’Association.

Article 18B
L’association soutient les ateliers de théâtre pour enfants et adolescents jusqu’à l’âge de 16 ans, organisés sous la direction d’une troupe affiliée à l’ASTAV. Une subvention dont le montant est décidé par l’Assemblée générale chaque année, sera versée à la troupe organisatrice. Une demande comprenant la liste des participants et le nom du responsable du cours sera adressée au caissier de l’ASTAV avant le 30 novembre.

CHAPITRE 6
Administration

Article 19
L’administration et les intérêts de l’Association sont confiés à
a) l’Assemblée générale
b) le Comité
c) le (s) délégué (s) de l’ASTAV au Comité central de la FSSTA
d) la commission de vérification des comptes.

Article 20
L’Assemblée générale est composée des délégués des sociétés membres et des membres individuels.

Article 21
Chaque société sera représentée par autant de délégués qu’elle voudra, ayant chacun une voix consultative et dont un seulement aura droit de vote.
Le(s) délégué(s) de l’ASTAV ou Comité central de la FSSTA a (ont) droit de vote; les membres individuels ont une voix consultative,

Article 22
Les votations ont lieu, suivant décision de l’Assemblée générale, à main levée.
Les décisions sont votées à la majorité des voix des sociétés représentées (moitié des votes valables plus un). En cas de parité des voix, il sera procédé à un second scrutin, en cas de nouvelle parité, la proposition est rejetée.

Article 23
L’Assemblée générale se réuni :
a) une fois chaque année.
b) sur convocation du Comité si les intérêts de l’Association l’exigent
e) lorsqu’un quart des sociétés associées en fait la demande.
Elle délibère sous la présidence du Président.

Article 24
L’Assemblée générale devra être: convoquée par le Comité, ou moins 15 jours à l’avance, par circulaire aux membres, mentionnant l’ordre du jour,

Article 25
Pour délibérer valablement, l’Assemblée générale devra réunir, présents ou représenté, (par procuration la moitié plus un des membres actifs (quorum)
Si le quorum n’est pas atteint une autre Assemblée sera convoquée et les décisions de cette Assemblée seront valables, quel que soit le nombre des membres actifs représentés.

Article 26
Les compétences de l’Assemblée générale annuelle sont:
a) entendre el approuver le rapport de gestion du Comité sur la marche de l’Association.
b) approuver les comptes,
c) fixer le montant des cotisations annuelles des membres actifs et individuels.
d) nommer le bureau. proposer le (s) délégué (s) valaisans à la FSSTA et les deux membres de la Commission de vérification des comptes,
e) admettre ou radier des membres,
f) délibérer et se prononcer en dernier ressort sur toutes les questions qui lui sont soumises par le Comité et les membres aux termes de l’art. 27, point b)

Article 27
L’ordre du jour de l’assemblée générale annuelle comprend:
a) les objets statuaires prévus à l’art. 26
b) les propositions du Comité,
c) les propositions des membres; à cet effet et au moins deux mois avant la réunion de l’Assemblée générale annuelle. le Comité invite les sociétés à formuler leur proposition, Celle-ci doit être présentée. par écrit au Comité dans le délai d’un mois.
L’Assemblée générale ne peut prendre une décision que sur un objet porté à son ordre du jour.
Les propositions formulées dans l’Assemblée générale sont renvoyées à l’examen du Comité et mises à l’ordre du jour d’une Assemblée ultérieure,
Le Comité

Article 28
La direction administrative de l’association est confiée à un Comité composé des délégués des sociétés, membres actifs, à raison d’un par société et des membres du bureau de l’ASTAV. La nomination et la durée du mandat: de chaque délégué est fixées par la société qui le délègue.
Un bureau chargé d’expédier les affaires courantes est nommé parmi les membres des sociétés théâtrales affiliées qui ont qualité de membre actif par l’Assemblée générale pour une durée de deux ans.
Le bureau est composé de 5 à 7 membres: le Président, le secrétaire, le caissier et 2 à 4 membres adjoints.

Article 29
La nomination du bureau se fait à main levée sauf demande d’un membre de l’Assemblée générale, au bulletin secret.
La votation se fait à la majorité absolue au premier tour et à la majorité relutive au second tour.
Le Président est nommé par l’Assemblée générale, les autres membres du bureau se répartissent les fonctions suivant leurs aptitudes et au mieux des intérêts de l’Association.

Article 30
Le Comité est l’autorité exécutive et administrative de l’Association qu’il représente également vis à vis des tiers.
L’Association est engagée valablement par la signature du Président.
L’année comptable et fixée du 1er janvier au 31 décembre.
Toutes les communications du Comité aux membres se font par écrit.
Le Président de l’Association coordonne les activités du Comité de l’Association ainsi que les relations extérieures de celle-ci avec diverses instances.
Le secrétaire est chargé de la correspondance, des procès-verbaux, des archives et de l’information en général.
Le trésorier tient la comptabilité, assure le recouvrement des cotisations et de toutes recettes en général. Il règle les dépenses approuvées. Il doit présenter le bilan à l’Assemblée générale annuelle après l’avoir soumis au Comité et aux vérificateurs des comptes.

Article 31
Les attributions du Comité sont les suivantes:
a) administration générale de l’Association
b) convocation de l’Assemblée générale.
c) rédaction du rapport de gestion pour l’Assemblée générale.
d) présentation des comptes à la Commission de vérification des comptes et à l’Assemblée générale de printemps.
e) préciser le montant de la cotisation des membres actifs et des membres individuels,
f) préaviser sur l’emploi des ressources.
g) préaviser sur les demandes d’admission ou de radiation.
h) préaviser sur les propositions émanant des membres; émettre des propositions.
i) traiter avec le Comité central de FSSTA.
j) faire respecter les statuts et les décisions de l’Assemblée générale.
Le délégué valaisan au Comité de la FSSTA

Article 32
Le délégué assure la liaison entre l’ASTAV et la FSSTA ; Il est le porte parole des troupes valaisannes au Comité central de la FSSTA. Il participe sur demande, aux délibérations du Comité de l’ASTAV et à celles du Comité Central de la FSSTA le nombre de délégués est fixé par la FSSTA.
La commission de vérifications des comptes

Article 33
Les comptes de l’ASTAV sont soumis chaque année par le trésorier un mois au moins, avant la date de l’Assemblée générale. Â une Commission de deux membres nommés par l’Assemblée générale précédente.

Article 34
Ces membres (2) sont nommés par l’Assemblée générale pour 2 ans à raison d’un vérificateur par année. le plus ancien se retirant d’office.
Ils ne sont pas rééligibles immédiatement.

Article 35
La Commission doit vérifier l’exactitude des comptes et des pièces comptables, assurer de l’existence réelle des fonds en caisse ou en compte et présenter un rapport écrit à l’Assemblée générale.

CHAPITRE 7
Dissolution

Article 36
La dissolution de l’Association ne peut être prononcée qu’en Assemblée générale extraordinaire convoquée spécialement à cet effet, à la majorité des sociétés adhérentes.

Article 37
En cas de dissolution, l’Assemblée générale décide de l’attribution de l’actif social. Les archives sont remises aux Archives Cantonales.

CHAPITRE 8
Dispositions générales

Article 38
Le Comité est juge de tous les cas non prévus par les présents statuts et ses décisions deviennent définitives par la sanction de l’Assemblée générale suivante.Article 39
Les présents statuts entrent immédiatement en vigueur et ne pourront avoir d’effets rétroactifs.

Article 40
Les présents statuts ne peuvent être modifiés qu’en Assemblée générale.
Ces statuts sont ceux acceptés par : L’Assemblée générale constitutive du 14 janvier 1983 à Riddes, Jean-Michel GIROUD, Président

Suites aux modifications de statuts acceptées par l’assemblée générale ordinaire du 27 mars 1987 à Monthey, Alexandre BUYSSE, PrésidentSuites aux modifications de statuts acceptées par l’assemblée générale ordinaire du 20 mai 1995 à Chamoson, Marco PARCHET, Président
Suites aux modifications de statuts acceptées par l’assemblée des délégués du 6 juin 1997 à Monthey, Gérard Constantin, Président
Suites aux modifications de status acceptées par l’assemblée générale ordinaire Marie-Thérèse Cotter, Présidente
Suite aux modifications de statuts acceptées par l’assemblée générale ordinaire du 29 janvier 2011 à Monthey, Françoise Rouge Présidente